AVENIR D’AREVA

Toutes les informations CGT sur l’avenir du groupe menacé de privatisation et/ou l’éclatement


Articles publiés dans cette rubrique

mardi 25 avril 2017
par  Mutos

La CGT porte la voix des salariés d’AREVA devant l’Agence de Participation de l’Etat

L’Agence de la Participation de l’Etat est, comme son nom peut le laisser supposer, l’organisme par le biais duquel l’Etat contrôle les entreprises dans lesquelles il détient des participations. C’est donc cette agence qui est à la manoeuvre lors des restructurations du Groupe AREVA, pour porter la voix de l’Etat.

C’est pourquoi la CGT a souhaité rencontrer l’APE afin de faire le point sur la restructuration du Groupe AREVA et porter les inquiètudes et les espoirs des salariés du Groupe.

Nous avons évoqué les ambiguités du processus de restructuration, les retards de la recapitalisation, le rachat compliqué d’AREVA NP par EDF, la création de la JV NICE, et enfin, dernier mais non des moindres sujets, les ravages du PDV sur la santé fragile de l’entreprise, par le double biais de la perte de compétences clés et du sous-effectif des équipes, maintenant critique sur nombre de sites.

L’APE a reconnu que depuis 2 ans, l’aspect social n’a été que peu suivi par ses services et qu’il était nécessaire de faire un point complet lors d’un CA AREVA à l’automne sur la réalité des départs.

mardi 25 avril 2017
par  Mutos

Cession du LEA : quelle vision pour la future filiale ? La CGT s’interroge avec les salariés...

Le Laboratoire Etalon d’Activité, situé à Pierrelatte, dans la vallée du Rhône, est un établissement AREVA NP très spécifique, qui réalise des recherches et produit des sources radioactives pour la médecine. Dans le Livre 2 du Plan de Départs Volontaires, il avat été signalé comme devant être « potentiellement » cédé à New AREVA courant 2016.

En Novembre 2016, les salariés du LEA ont fait parvenir un courrier à la direction, pour affirmer leur volonté de maintenir un travail de qualité dans leur établissemenet, et lui demander des engagements à la hauteur de LEUR engagement à eux !

Force est de constater, presque six mois plus tard, qu’ils sont gros-jean comme devant. La cession interne à AREVA est maintenant remplacée par une filialisation, qui laisse les salariés dans l’expectative quant aux véritables intentions du Groupe. L’impact du PDV, suivi d’une valse des départs dans l’encadrement, avait déjà ébranlé la motivation, pourtant forte, des salariés. La récente visite du futur Président de la filiale, qui s’est montré très évasif quant à l’avenir de l’établissement et ne semblait pas croire lui-même au projet qu’il était censé porté, a encore accentué cette défiance.

Dans ces conditions, où est le dialogue social tant prôné par AREVA ? Où se trouve le soutien que demandaient les salariés à leur direction ? A quel avenir le LEA peut-il croire lorsque son futur patron n’y croit pas lui-même ?

La CGT NP Pierelatte s’est donc exprimé le 20 Avril 2017 au sein du CCE NP, pour demander à la direction de stopper la procédure d’information/consultation, pour prendre le temps de construire un véritable projet en concertation avec les salariés, à la hauteur de la motivation qu’ils exprimaient en Novembre.

mardi 25 avril 2017
par  Mutos

Projet NICE - la CGT et les instances inquiètes pour les salariés « Mis à Disposition »

Le projet NICE vise à créer une ingénierie commune à AREVA NP et EDF, en parallèle du rachat de la première entité par la seconde. Louable intention pour travailler mieux ensemble, direz-vous ?

Certes, mais alors pourquoi, alors que le rachat de NP par EDF est retardé encore et toujours, précipiter à toute force la création de NICE ? Pourquoi passer des 50%/50% initialement demandés par le Gouvernement à un 80% EDF / 20% AREVA NP ? Pourquoi faire de la nouvelle entité une coquille vide, qui ne serait peuplée que de salariés des maisons-mères « Mis à Disposition » pour 3 ans au plus ? Pourquoi subordonner la vie de cette entité aux moyens que chaque maison mère daignera lui mettre à disposition ? Pourquoi rester vague dans les réponses aux instances et prendre comme leitmotiv « L’intendance suivra » alors que la malheureuse intendance se voit sabrer ses ressources à tour de bras ? Pourquoi élaborer des règles de propriété intellectuelles très complexes et cependant inefficaces à protéger les connaissances de NP ?

Alors, NICE serait-elle un aspirateur à compétences permettant à EDF de se passer à terme du rachat de NP ? Serait-elle un bon moyen pour externaliser l’ingénierie EDF et ainsi détruire le statut de ses salariés ? Serait-elle un outil pour découpler l’ingénierie de la fabrication, ce qui permettrait de faire fabriquer « ailleurs » les composants des réacteurs neufs et ainsi, ne plus avoir à assumer le développement de la filière des sites industriels en France ? Serait-elle une société « croupion » qui accepterait, contre les intérêts d’AREVA NP, de travailler sur le Hualong pour concurrencer l’ATMEA ?

Que d’interrogations d’ordre stratégique sur cette petite société apparemment si inoffensive ! Permettez-nous d’en ajouter une, d’ordre pratique, celle-là : NICE ne serait-elle qu’un colosse aux pieds d’argile, reposant sur de grands principes politiques et stratosphérique, mais sans base concrète et solide sur laquelle s’appuyer ? Si nous voulons réussir les futurs chantiers de réacteurs neufs pour le XXIème siècle, si nous reconnaissons la nécessité d’un mix énergétique incluant le nucléaire pour permettre aux populations d’Europe de ne pas subir une crise énergétique, une telle société est-elle à la hauteur d’un tel défi ?

Pour la CGT, loin de faciliter l’exécution des projets neufs, NICE ne pourra que la complexifier et la handicaper. NICE mettra en danger les salariés « Mis à Disposition », qu’ils viennent de NP ou d’EDF, du fait d’une pression accrue du court terme et de conditions de travail dégradées : éclatement des lieux de travail, organisation physique des plateaux projets en open-space, organisation du travail « presse-citron »...

Nous l’avons fait savoir lors des réunions d’information/consultation des instances. Les effets délétères des lois Rebsamen et El Khomri affaiblissent le rôle des instances. Il est plus que jamais nécessaire que vous soyez nombreux à vous syndiquer pour peser davantage !

Nous réaffirmons le besoin pour la filière nucléaire toute entière de deux entités AREVA NP et EDF fortes, centrées chacune sur son métier et travaillant main dans la main ! Nous réaffirmons également l’importance d’une position claire du gouvernement sur l’avenir de la filière, compte tenu des enjeux majeurs des questions énergétiques pour l’ensemble des populations.

Ce tract, élaboré à la Tour, premier établissement AREVA NP - mais peut-être pas le dernier, directement ou par contrecoup - à être impacté par le projet, a pour ambition de vous faire entrevoir les dangers potentiels de NICE, tels qu’ils ont été pointés par les différentes expertises et par les analyses de vos représentants CGT.

mardi 26 avril 2016
par  Mutos

Parlons vrai #3 : AREVA et ses déboires

Vous êtes maintenant tous au courant qu’il y a dans la maison AREVA un trou financier, un plan d’économie, un Plan de Départ Volontaire,

Lorsque l’on voit l’historique des déboires du Groupe et le contexte social actuel, il n’est guère besoin d’être grand clerc pour entrevoir ce qui nous pend au nez pour les prochains mois. En tout cas, nous avons une petite idée de ce que prépare notre Direction, et ce n’est certes pas pour améliorer l’ordinaire des salariés.

Alors voilà, il fallait vous en informer, car la politique de l’autruche, ce n’est pas le genre de la maison CGT !

C’est pourquoi ce « Parlons Vrai » fait un retour sur les décisions qui nous ont conduit au bord du gouffre, sur le grand pas en avant que la direction nous propose, et aussi par ailleurs, sur la loi Travail et son tombereau de reculades sur les droits des salariés.

Car ces reculades-là que la loi « MEDEF inside » veut imposer, nous les aurons bientôt chez AREVA comme partout, si la rue ne se soulève pas pour les bloquer !

Alors le 28 Avril, tous les salariés d’AREVA dans la rue, partout en France ? Pourquoi pas ? En tout cas, vous saurez maintenant pourquoi...

jeudi 31 mars 2016
par  Mutos

Déclaration CGT au Comité de Groupe France du 31 mars 2016

Aujourd’hui, en même temps que la grande journée d’action contre la loi de démolition du Code du Travail, se tient chez AREVA un Comité de Groupe France, malgré la demande de report faite par la CGT.

Le représentant CGT, Bruno Blanchon, a, en cohérence avec notre position déjà exprimée, fait lecture en début de séance d’une déclaration, avant d’aller rejoindre la jeunesse et les salariés qui s’opposent à cette loi.

Nous alertons d’abord sur le contexte dangereux de la proposition de loi « Code du Travail » rappellons l’histoire et avertissons des conséquences de ce projet de loi, y compris sur les salariés du Groupe AREVA et de la Filière Nucléaire.

Nous nous focalisons ensuite sur notre filière, sur les engagements qui avaient été pris par l’Etat et qui n’ont pas été tenus, sur les décisions qui n’ont pas été prises. La Filière Nucléaire, et en particulier le Groupe AREVA, sont aujourd’hui en déshérence, faute de stratégie claire et de direction responsable, et ce malgré tous les efforts engagés par les salariés.

Régler les dossier épineux, tels qu’OL3, l’Eolien offshore ou les participations japonaises et chinoises, en les prenant à bras-le-corps, énoncer enfin une politique énergétique décidée et assumée, voilà ce qu’il faudrait pour qu’AREVA et ses salariés, mais aussi EDF et les siens propres, puissent voir un avenir comme autrement qu’incertain.

C’est pour cela que se bat la CGT, c’est cela qu’elle porte et affirme dans ses propositions, tant au niveau national, dans la lutte pour un Droit du Travail porteur de justice sociale, qu’au périmètre du Groupe AREVA, pour une entreprise pérenne et responsable.