Projet NICE - la CGT et les instances inquiètes pour les salariés « Mis à Disposition »

mardi 25 avril 2017
par  Mutos
popularité : 40%

Le projet NICE vise à créer une ingénierie commune à AREVA NP et EDF, en parallèle du rachat de la première entité par la seconde. Louable intention pour travailler mieux ensemble, direz-vous ?

Certes, mais alors pourquoi, alors que le rachat de NP par EDF est retardé encore et toujours, précipiter à toute force la création de NICE ? Pourquoi passer des 50%/50% initialement demandés par le Gouvernement à un 80% EDF / 20% AREVA NP ? Pourquoi faire de la nouvelle entité une coquille vide, qui ne serait peuplée que de salariés des maisons-mères « Mis à Disposition » pour 3 ans au plus ? Pourquoi subordonner la vie de cette entité aux moyens que chaque maison mère daignera lui mettre à disposition ? Pourquoi rester vague dans les réponses aux instances et prendre comme leitmotiv « L’intendance suivra » alors que la malheureuse intendance se voit sabrer ses ressources à tour de bras ? Pourquoi élaborer des règles de propriété intellectuelles très complexes et cependant inefficaces à protéger les connaissances de NP ?

Alors, NICE serait-elle un aspirateur à compétences permettant à EDF de se passer à terme du rachat de NP ? Serait-elle un bon moyen pour externaliser l’ingénierie EDF et ainsi détruire le statut de ses salariés ? Serait-elle un outil pour découpler l’ingénierie de la fabrication, ce qui permettrait de faire fabriquer « ailleurs » les composants des réacteurs neufs et ainsi, ne plus avoir à assumer le développement de la filière des sites industriels en France ? Serait-elle une société « croupion » qui accepterait, contre les intérêts d’AREVA NP, de travailler sur le Hualong pour concurrencer l’ATMEA ?

Que d’interrogations d’ordre stratégique sur cette petite société apparemment si inoffensive ! Permettez-nous d’en ajouter une, d’ordre pratique, celle-là : NICE ne serait-elle qu’un colosse aux pieds d’argile, reposant sur de grands principes politiques et stratosphérique, mais sans base concrète et solide sur laquelle s’appuyer ? Si nous voulons réussir les futurs chantiers de réacteurs neufs pour le XXIème siècle, si nous reconnaissons la nécessité d’un mix énergétique incluant le nucléaire pour permettre aux populations d’Europe de ne pas subir une crise énergétique, une telle société est-elle à la hauteur d’un tel défi ?

Pour la CGT, loin de faciliter l’exécution des projets neufs, NICE ne pourra que la complexifier et la handicaper. NICE mettra en danger les salariés « Mis à Disposition », qu’ils viennent de NP ou d’EDF, du fait d’une pression accrue du court terme et de conditions de travail dégradées : éclatement des lieux de travail, organisation physique des plateaux projets en open-space, organisation du travail « presse-citron »...

Nous l’avons fait savoir lors des réunions d’information/consultation des instances. Les effets délétères des lois Rebsamen et El Khomri affaiblissent le rôle des instances. Il est plus que jamais nécessaire que vous soyez nombreux à vous syndiquer pour peser davantage !

Nous réaffirmons le besoin pour la filière nucléaire toute entière de deux entités AREVA NP et EDF fortes, centrées chacune sur son métier et travaillant main dans la main ! Nous réaffirmons également l’importance d’une position claire du gouvernement sur l’avenir de la filière, compte tenu des enjeux majeurs des questions énergétiques pour l’ensemble des populations.

Ce tract, élaboré à la Tour, premier établissement AREVA NP - mais peut-être pas le dernier, directement ou par contrecoup - à être impacté par le projet, a pour ambition de vous faire entrevoir les dangers potentiels de NICE, tels qu’ils ont été pointés par les différentes expertises et par les analyses de vos représentants CGT.

PDF - 969 ko
Télécharger en PDF le tract CGT Infos n°11 AREVA NP Courbevoie
PDF - 174.9 ko
Télécharger en PDF le tract CGT Infos n°13 AREVA NP Courbevoie
PDF - 174.9 ko
Télécharger en PDF la déclaration CGT au CCE AEVA NP