lundi 13 mars 2017
par  Mutos

Malvési : victoire des salariés soutenus par la seule CGT !

Le site AREVA NC Malvési à Narbonne (anciennement COMURHEX), assure la première étape de la conversion de l’uranium dans le cycle du combustible. Actuellement, un changement de procédé est en cours, qui nécessite une mise en place extrêmement compliquée. Or, le Plan de Départs Volontaires a impacté lourdement le site, conduisant à 24% de postes supprimés en 2016. Devant les menaces qui pèsent sur le site, les salariés demandent une action.

Le 23 Janvier, un préavis de grève est déposé par la CGT, rejoint le 25 janvier par FO. La grève est largement suivie. La CGT sollicite la direction pour trouver des solutions. Mais le Jeudi 2 Mars 2017 à 20h, les badges sont désactivés et les premier salariés se voient refuser l’accès au site. Ils reçoivent ensuite une lettre de suspension de leur contrat de travail.

Le 7 Mars, toutes les organisations syndicales, sauf la CGT, exclue de la réunion de conciliation, signent avec la direction un relevé de décisions entérinant le chômage technique avec perte de salaire. Les salariés, qui n’ont pas été consultés, refusent ce texte et maintiennent leur mouvement, soutenus par la CGT, qui les aide à formaliser leurs revendications.

Le Vendredi 10 Mars, la direction se résoud enfin à proposer un accord reprenant toutes les revendications des salariés. la CGT organise une assemblée générale et ce sont les salariés grèvistes eux-mêmes qui décident de la reprise ou non du travail. Ils valident l’accord et votent la fin du mouvement.

Dans cet épisode, c’est clairement le droit de grève qui a été attaqué en même temps que les emplois et les conditions de travail et de vie dans un site industriel majeur de la filière nucléaire. La CGT et les salarié ont fait front malgré la désaffection des autres syndicats. Nous avons fini par voir nos revendications satisfaites.

Cette victoire doit nous éclairer et nous porter lorsque, partout ailleurs dans le groupe, la filière, les branches métallurgie et énergie, les attaques se multiplient, que d’autres se contentent d’accompagner ! Voilà donc l’ensemble des tracts CGT qui ont accompagné cette mobilisation jusqu’à son heureuse conclusion.

6 Mars : suspension du contrat de travail des salariés

PDF - 107 ko
Télécharger en PDF le tract CGT AREVA NC Malvési

7 Mars : la CGT exclue d’une réunion de concertation

PDF - 89.8 ko
Télécharger en PDF le tract CGT AREVA NC Malvési

9 Mars : les salariés refusent de capituler, soutenus par la CGT

PDF - 90.5 ko
Télécharger en PDF le tract CGT AREVA NC Malvési

10 Mars : victoire

PDF - 80.5 ko
Télécharger en PDF le tract CGT AREVA NC Malvési


Articles les plus récents

lundi 6 mars 2017
par  Mutos

Malvési : la direction suspend le contrat de salariés en grève pour leur avenir

Le site AREVA NC Malvési à Narbonne (anciennement COMURHEX), assure la première étape de la conversion de l’uranium dans le cycle du combustible.

Actuellement, un changement de procédé est en cours, qui nécessite une mise en place extrêmement compliquée. Or, le Plan de Départs Volontaires a impacté lourdement le site, conduisant à 24% de postes supprimés en 2016.

Le 23 janvier, un préavis de grève a été déposé par la CGT, rejoint le 25 janvier par FO. Nous revendiquons l’arrêt des suppressions d’emploi et du gel des salaires, l’ouverture d’une négociation sur l’évolution de carrière et une compensation de la prime d’intéressement, pour laquelle Malvési est disciminée par rapport aux autres établissements AREVA NC.

La grève est largement suivie. La CGT sollicite la direction maintes fois pour trouver des solutions. Las, celle-ci réplique par une menace de suspension des contrats de travail des salariés en grève.

Le Jeudi 2 Mars 2017 à 20h, les badges sont désactivés et les premier salariés se voient refuser l’accès au site. Ils reçoivent ensuite une lettre de suspension de leur contrat de travail.

Aujourd’hui, c’est clairement le droit de grève qui est menacé. Qu’adviendra-t-il lorsque la direction du groupe va attaquer encore plus fort les statuts collectifs ?

La CGT appelle tous les salariés du groupe AREVA à être solidaires des les salariés d’AREVA NC Malvési.

Aujourd’hui Malvési, demain à qui le tour ?

vendredi 3 mars 2017
par  Mutos

Vous m’en remettrez pour 30.000€ !

On va vous la faire courte...

Pendant que la direction expliquait en long, en large et en travers que tous les salariés du groupe devaient faire des efforts et accepter une énième modération salariale, genre un tout petit peu après rien du tout, le Conseil d’Administration octroyaite la modique somme de 30.000€ au directeur général, pour avoir mis en oeuvre le PDV et ainsi cassé les compétences, réduit les droits et acquis des salariés, et bien sûr être resté très modéré sur les salaires, du moins pour ceux qui ne tiennent pas le stylo.

Ah, et à propos, vous savez combien ça fait, 30.000€ ? Environ 125 ans d’augmentation générale de 1% pour un salarié ayant 2000 € de salaire de base.

Sympa, non ?

lundi 27 février 2017
par  Mutos

Infos NP de Février 2017 - Salaires, NICE, PULSE, Convention Collective Métallurgie

Voilà un petit point sur les événements qui ont secoué AREVA NP durant ce mois de février 2017.

Nous y parlons bien sûr des négociations salariales, pour lesquelles la mobilisation des salariés a permis de faire bouger les lignes, certes pas autant que nous l’espérions. La CGT, après avoir consulté ses adhérents, a finalement signé l’accord. Mais cela montre surtout qu’en nous mobilisant largement, nous pouvons peser sur les décisions. Et plus la mobilisation est large, plus notre poids est important !

La fameuse JV NICE dans l’ingénierie sera aussi à l’ordre du jour : sera-t-elle une chance pour la filière, ou plus probablement un simple aspirateur à compétences à l’usage d’EDF, lui permettant de saisir ensuite la moindre ouverture pour éviter de s’encombrer avec le rachat de tout NP ? Au vu de l’empressement de la direction d’EDF et du fatalisme de celle d’AREVA, la CGT s’interroge et vous en fait part.

Enfin, la direction ayant consulté les salariés, nous nous étonnons de ce qu’elle aie voulu voir dans les réponses, pourtant très critiques, une justification de sa politique, qui d’après sa communication, serait simplement mal comprise des salariés. Mais bon, l’avantage de PULSE est, du moins nous l’espérons, que la Direction prenne conscience de la défiance des salariés à son égard.

Enfin, notre dernier sujet sera la Convention Collective de la Métallurgie, qui est actuellement en négociation entre l’UIMM et les syndicats de salariés de notre branche. Les propositions de l’UIMM vont dans le sens de la Loi Travail : rogner, voire supprimer les grilles et bârèmes applicables à tous et négocier tout dans les entreprises, voire au niveau individuel partout où cela est possible. Face à cette attaque en règle de tout ce qu’est le rôle d’une Convention Collective, la CGT élève une protestation ferme et met en avant ses propositions d’une grille cohérente de l’ouvrier à l’ingénieur et d’une Convention Collective Nationale permettant d’assurer l’équité entre tous.

mardi 21 février 2017
par  Mutos

Déclaration en CCE de la CGT, inquiète pour l’activité Combustible de Recherche du site de Romans

La CGT et les salariés d’AREVA-NP Romans travaillant pour le combustible de recherche sont très inquiets sur l’avenir de leur entité. En travaux pour remise en conformité depuis le 02/11/2016, celle-ci aurait dû redémarrer à la mi-février. Or, ce redémarrage, déjà été décalé trois fois, est maintenant prévu en Juin. La Direction d’AREVA NP doit aux salariés des réponses claires et cohérentes sur ce sujet.

La CGT s’inquiète également du plan de charge 2017 et du risque qu’a l’atelier de perdre des clients dans cette affaire. De plus, l’annonce de notre Directeur Monsieur CAPDEPON que le CEA ne se portait plus caution au niveau de la banque européenne n’est pas pour nous rassurer.

La CGT et les salariés exigent des réponses précises. Si la Direction n’en apporte aucune, nous ferions valoir notre droit à lancer une expertise sur le sujet.

mardi 21 février 2017
par  Mutos

Quel avenir pour le Creusot ? L’intersyndicale interpelle la direction en CCE NP.

L’intersyndicale du CREUSOT (CFE-CGC - CFDT - CGT) interpelle aujourd’hui la Direction au CCE d’AREVA NP concernant la situation de Creusot Forge et de ce qui s’y passe depuis quelques mois.

Plusieurs engagements pris par la Direction n’ont pas été respectés. Notamment, le schéma organisationnel, constitué majoritairement de managers de transition, prestataires et autres intérimaires, laisse de notre point de vue de côté nos salariés. Dans le même temps, le rapport Bréchet, promis pour Janvier 2017, n’a toujours pas été remis aux élus.

La Direction du site ne peut même pas présenter une vision stratégique claire aux élus, que dire des salariés ? Eh bien, ils doutent, comme les résultats de l’enquête PULSE l’ont révélé au grand jour ! Pas de réponse aux consulatations commerciales sous prétexte de surcharge, rénovations et restructurations incessantes, dont des déplacements de machines sans logique industrielle apparente, aucune vision globale à présenter aux salariés et à leurs représentants, aucune intégration réelle dans la vision stratégique de NP...

C’est pourquoi l’intersyndicale demande une présentation de la stratégie globale de Creusot Forge, incluant les objectifs industriels et commerciaux, ainsi que les investissements techniques et humains, et son intégration à la stratégie d’AREVA NP.